Texte - « Scènes de mer. Tome I » Edouard Corbière

fermez et commencez à taper
Le lendemain d'un grand dîner, on n'est quelquefois pas plus raisonnable
qu'on ne l'était à la fin du repas ; mais le lendemain, on considère du
moins les choses avec plus de calme et de sang-froid qu'on ne les
voyait la veille a travers les fumées d'un vin capiteux. C'est là,
hélas ! le triste et seul avantage que les hommes à jeun peuvent se
flatter, pour la plupart, d'avoir sur les hommes qui ont beaucoup bu !

Quand M. le subrécargue Laurenfuite vint revoir le gouverneur de
Sierra-Leone pour lui parler du projet qu'ils avaient à peu près arrêté
la veille, il trouva l'autorité coloniale dans des dispositions d'esprit
assez différentes de celles dans lesquelles il l'avait laissée quelques
heures auparavant. L'autorité avait dormi quelque peu la nuit, et toute
l'ardeur qu'elle avait montrée pendant le repas pour les belles et vives
Françaises s'était singulièrement refroidie avec le sommeil qu'elle
avait goûté. Cependant le subrécargue insista éloquemment pour mettre à
exécution le dessein qu'il avait mûri, disait-il, dans l'intérêt du
gouverneur. Tous les gens qui s'imaginent être éloquents et persuasifs
finissent toujours, non pas par persuader, mais par importuner tant,
qu'ils réussissent à obtenir à force d'audace et de bavardage tout ce
que pourraient obtenir les hommes les plus entraînants du monde. C'est là
ce qui m'explique, jusqu'à certain point, les succès des faits auprès des
femmes, et ceux des intrigants auprès des puissances du jour. Je vais
même, pour ne pas être obligé de mépriser trop le beau sexe, jusqu'à
penser que ce n'est qu'à force d'opportunité que les sots réussissent
aussi souvent auprès de lui ; car si l'on supposait autre chose, qu elle
opinion pourrait-on avoir des belles qui se laissent subjuguer par les
plus insupportables de tous les hommes ! Je tiens beaucoup à estimer les
femmes qui ont des faiblesses, et j'en reviens à M. Laurenfuite.

- Comment voulez-vous, lui dit le gouverneur, que je passe sérieusement
avec vous un marché qui me couvrirait tout au moins de ridicule s'il
venait à être connu ?

- Notre marché sera tenu caché, monsieur le gouverneur, je vous en donne
ma parole d'honneur, et je n'exige de vous qu'une simple signature.

- Mais c'est là justement ce que je ne veux pas vous donner ! Ce serait
sanctionner, en compromettant mon nom, la plus insigne folie dont on air
jamais entendu parler.

- Mais au moins donnez-nous votre approbation ?

- Faites ce que vous voudrez, je n'ai pas le droit de vous empêcher
d'agir comme vous paraissez décidé à le faire. Mais notez bien que je ne
veux me mêler de rien.

- Vous consentez bien cependant à payer les frais, si je vous amène
ici une femme aimable, jolie et de la première qualité ?

- Pour les frais, nous n'en sommes pas encore là, Dieu merci !

- Mais quand nous en serons à acquitter les comptes, ferez-vous les
choses de bonne grâce, et puis-je compter sur votre parole ?

- Nous verrons, vous dis-je, si jamais vous êtes assez insensé pour
exécuter votre dessein.

- A la bonne heure, voilà ce qui s'appelle parler, car avec un homme
comme vous la parole vaut l'enjeu. Je vais vous lire, si votre
excellence veut bien me le permettre, le projet de connaissement ou de
charte-partie que j'ai rédigé hier au soir même, en rentrant à bord.

- Peste, monsieur le subrécargue, nous n'avons pas perdu de temps, a ce
qu'il paraît !

- Perdre du temps ! Oh ! pour peu qu'il s'agisse de femmes, je n'en perds
jamais. Ah ! les femmes, les femmes ! Dieu ! que c'est bon une femme !

- Oui, quand c'est bon.

- Vous verrez celle que je vous ramènerai ... Je veux qu'avant six mois
vous m'en direz des nouvelles ... Voici le petit croquis de
charte-partie que, comme j'ai eu déjà l'honneur de vous le dire, j'ai
tracé hier soir :

« Nous Jean Sautard et Thémistocle Laurenfuite, l'un capitaine et maître,
après Dieu, du navire l'Aimable-Zéphyr, et l'autre subrécargue du dit
brick français, actuellement mouillé en rivière de Sierra-Leone, nous
engageons à ramener à son excellence monseigneur (le nom en blanc),
gouverneur de la colonie anglaise dudit Sierra-Leone, une jeune
personne française, du sexe, blonde, jolie, de taille moyenne, ni trop
grasse ni trop maigre ... »

- Ah ! ah ! ah ! ces Français sont d'une gaîté ! ... Je reconnais bien là
l'esprit de votre nation.

- Vous riez, monsieur le gouverneur. Ah ! c'est que je sais rédiger une
charte-partie au moins ... Où donc en étais-je ? Ah ! m'y voici : ni trop
grasse ni trop maigre ... Vous entendez bien ; comme qui dirait
entrelardée ... « Bien élevée s'il se peut, et surtout honnête autant que
les dits sieurs Jean Sautard et Thémistocle Laurenfuite pourront s'en
assurer.

« Moyennant quoi, le dit sieur gouverneur de Sierra-Leone s'engage ... »

- Ah ! doucement. Ici je vous arrête. Réfléchissez bien que je ne veux
m'engager à rien.

- Diable ! c'est fichant ... Mais c'est égal, je vais substituer une
autre phrase a ce mot s'engage.

« Moyennant quoi, ledit sieur gouverneur « consentira à ... »

- Consentire ! Non pas, s'il vous plaît ... je ne consens pas plus que
je ne m'engage.

- Comment donc faut-il rédiger cela ? ... Ah ! attendez, j'ai trouvé le
moyen de tout arranger.

« Moyennant quoi le dit sieur gouverneur accordera, si bon lui semble,
aux dits sieurs capitaine et subrécargue le remboursement des frais
faits pour lui avoir procuré ... »

Procuré, non, attendez, le terme pourrait offrir une méchante
interprétation pour nous. Mais, au surplus, comme cet acte ne sera vu
que par nous trois, il importe peu qu'un mot puisse présenter une
maligne équivoque, pourvu qu'il n'y ait pas d'ambiguité dans les
expressions, et que la bonne foi la plus parfaite préside à la rédaction
de notre contrat. Je reprends en conservant le mot procuré.

« Pour lui avoir procuré la jeune personne dont il est cas, la susdite
jeune personne devant servir chez M. le gouverneur a tenir sa maison,
sous le titre et avec les prérogatives de gouvernante, etc., etc.

« Fait double a Sierra-Leone entre les parties ... » (Ici le protocole et
la formule ordinaires dans ces sortes d'actes.)

« En foi de quoi nous avons signé le présent, ce jourd'hui, vingt
octobre, l'an de grâce mil huit cent ... »

- Excepté, vous le savez bien, que je ne signe pas.

- Vous ferez bien néanmoins une petite croix, rien que pour m'obliger,
n'est-ce pas, monsieur le gouverneur ?

- Allons, va pour une croix, puisque vous paraissez y tenir si
invariablement ... Voilà ma signature, comme si en ma qualité de
gentilhomme je ne savais pas écrire.

Le subrécargue Laurenfuite se sentit ravi du succès de sa démarche et de
l'habileté qu'il s'imaginait avoir déployée dans cette négociation. Un
diplomate venant de faire signer un traité ruineux aux puissances de
l'Europe ne se serait pas montré plus infatué de son habileté. Aussi,
dès que le capitaine Sautard le vit revenir à bord en se dandinant avec
grâce et en roucoulant la queue d'une tendre romance, il s'écria du plus
loin qu'il put apercevoir notre homme : Le gouverneur vient d'être mis
dedans. C'est une femme que nous aurons à lui transporter au prochain
voyage ! - Vous avez deviné tout juste, lui répondit le négociateur ; c'est
une femme que nous chargerons en France au plus haut du fret, et Dieu
sait quel sera notre frêt et notre commission !

- Moi je prendrai, en attendant, ma commission en nature, dit le
capitaine.

- Et moi, ajouta le subrécargue, en nature et en argent.

- C'est cela ; un gouverneur qui veut se donner des airs de faire le
sultan doit payer en sultan ; je ne connais que cela.

- Vous avez raison, il sera écorché vif d'importance.

L'Aimable-Zéphyr ayant terminé ses affaires à Sierra-Leone, appareillage
pour revenir en Europe. Le gouverneur lui souhaite bon voyage, et M.
Laurenfuite, en montrant à son excellence le connaissement en bonne
forme sur lequel elle avait bien voulu apposer sa croix, lui cria : A
revoir, monseigneur ! Bientôt, s'il plaît à Dieu, nous vous apporterons
de la marchandise superfine et de la mieux soignée.