Texte - « Entretien d'un père avec ses enfants » Denis Diderot

fermez et commencez à taper
Le chapelier ajouta ensuite : « Promettez-moi d'abord de garder le secret
sur mon affaire, quel que soit le parti que je juge à propos de suivre. »

On le lui promit, et il continua.

« Je n'ai point d'enfants, je n'en ai point eu de ma dernière femme, que
j'ai perdue il y a environ quinze jours. Depuis ce temps, je ne vis pas ;
je ne saurais ni boire, ni manger, ni travailler, ni dormir. Je me lève,
je m'habille, je sors et je rôde par la ville dévoré d'un souci profond.
J'ai gardé ma femme malade pendant dix-huit ans ; tous les services qui
ont dépendu de moi et que sa triste situation exigeait, je les lui ai
rendus. Les dépenses que j'ai faites pour elle ont consommé le produit
de notre petit revenu et de mon travail, m'ont laissé chargé de dettes ;
et je me trouverais, à sa mort, épuisé de fatigues, le temps de mes
jeunes années perdu ; je ne serais, en un mot, pas plus avancé que le
premier jour de mon établissement, si j'observais les lois et si je
laissais aller à des collatéraux éloignés la portion qui leur revient de
ce qu'elle m'avait apporté en dot : c'était un trousseau bien
conditionné ; car son père et sa mère, qui aimaient beaucoup leur fille,
firent pour elle tout ce qu'ils purent, plus qu'ils ne purent ; de belles
et bonnes nippes en quantité, qui sont restées toutes neuves ; car la
pauvre femme n'a pas eu le temps de s'en servir ; et vingt mille francs
en argent, provenus du remboursement d'un contrat constitué sur M.
Michelin, lieutenant du procureur général. À peine la défunte a-t-elle
eu les yeux fermés, que j'ai soustrait et les nippes et l'argent.
Messieurs, vous savez actuellement mon affaire. Ai-je bien fait ? Ai-je
mal fait ? Ma conscience n'est pas en repos. Il me semble que j'entends
là quelque chose qui me dit : Tu as volé, tu as volé ; rends, rends. Qu'en
pensez-vous ? Songez, messieurs, que ma femme m'a emporté, en s'en
allant, tout ce que j'ai gagné pendant vingt ans ; que je ne suis presque
plus en état de travailler ; que je suis endetté, et que si je restitue,
il ne me reste que l'hôpital, si ce n'est aujourd'hui, ce sera demain.
Parlez, messieurs, j'attends votre décision. Faut-il restituer et s'en
aller à l'hôpital ?

- À tout seigneur, tout honneur, dit mon père, en s'inclinant vers
l'ecclésiastique ; à vous, monsieur le prieur.

- Mon enfant, dit le prieur au chapelier, je n'aime pas les scrupules,
cela brouille la tête et ne sert à rien ; peut-être ne fallait-il pas
prendre cet argent ; mais, puisque tu l'as pris, mon avis est que tu le
gardes.