Texte - « Au bord du lac. L'Esclave, le Serf, le Chevrier de Lorraine, l'Apprenti » Émile Souvestre

fermez et commencez à taper
Le même droit de conquête qui dans l'antiquité partagea les sociétés en
hommes libres et en esclaves, avait donné naissance, dans le moyen âge,
au seigneur et au serf. Celui-ci n'était donc, à proprement parler,
qu'un esclave dont on avait allongé la chaîne. Attaché à la glèbe,
c'est-a-dire a la terre qu'il cultivait, il devait à son maître la
meilleure part de son temps et de ses bénéfices, le suivait à la guerre,
et était obligé, en cas de captivité, de payer sa rançon.

Mais en revanche son pécule lui appartenait ; il vivait chez lui,
labourait pour son compte, et ne recevait point l'ordre immédiat du
seigneur. C'était un débiteur, non un valet.

Beaucoup de serfs, enrichis par leur travail, avaient fini par se
racheter, et de là était venue la bourgeoisie. Cette dernière, vassale
du roi ou d'un autre seigneur, c'est-à-dire soumise a certains hommages
et à certaines redevances, tendait à s'émanciper chaque jour, et formait
déjà ce tiers-état ou troisième état qui devait un jour primer les deux
autres. Au quinzième siècle, où se passe notre histoire, la puissance
des communes ou réunions de bourgeois commençait déjà à devenir
redoutable, et toute l'ambition du serf était d'en faire partie. Le
clergé, qui avait favorisé les premiers affranchissements, continuait à
travailler à la destruction du servage, en prenant le parti du faible
contre le fort et proclamant l'égalité des hommes devant Dieu ; mais la
noblesse, de son côté, qui sentait que la domination lui échappait,
était devenue plus jalouse de ses droits, et employait tour à tour, pour
les maintenir, l'extrême indulgence ou l'excessive sévérité. Bien que le
système féodal fût menacé, il était donc encore entier, et d'autant plus
visible qu'il se trouvait en face d'un nouvel ordre de choses.

Ainsi, pour nous résumer, la nation comprenait alors quatre classes
distinctes : les nobles, les religieux, les bourgeois, et les serfs. Au
dessus de tout était la puissance royale, qui grandissait chaque jour au
détriment des seigneurs.

Cependant ces derniers avaient conservé leurs droits les plus
importants, tels que ceux de se faire réciproquement la guerre,
d'établir l'impôt sur leurs terres, et de rendre la justice.

Ce dernier privilège, le plus redoutable de tous, leur donnait, par le
fait, droit de vie et de mort sur leurs gens ; car leurs arrêts sans
contrôle n'étaient le plus souvent que l'expression de leur colère ou de
leur clémence : la passion jugeait et faisait elle-même exécuter ses
sentences.

On comprend, d'après un tel état de choses, quelle dut être l'inquiétude
de Catherine et de Thomas Lerouge lorsqu'ils virent emmener Jehan.
Messire Raoul était connu pour un homme emporté, qui condamnait sans
rien entendre et revenait rarement sur ses jugements. Or il était à
craindre que maître Moreau n'en profitât pour perdre Jehan, car son
astuce égalait sa méchanceté.

Catherine courut chez le collecteur pour le supplier d'intercéder en
faveur de son cousin ; mais le collecteur refusa de se mêler d'une
affaire qui pouvait le compromettre sans profit. Il en fut de même du
prévôt, qui craignit de faire renvoyer son cheval, mis au vert dans les
prairies de monseigneur par la protection de maître Moreau, et du
notaire, qui objecta que l'intendant pouvait lui faire retirer les actes
du château.

Catherine s'en revenait pour porter ces mauvaises nouvelles a Thomas ;
elle suivait la lisière des blés le coeur gros et les yeux rouges,
lorsqu'elle aperçut un moine de Saint-François qui arrivait par un autre
sentier, se dirigeant également vers Rillé.

C'était un homme déjà vieux, mais dont le visage épanoui respirait je ne
sais quelle bonté active. Il portait un bâton, une cape, et une corde en
bandoulière, à laquelle étaient passées une miche de pain bis et une
gourde en forme de missel. Catherine le salua.

- Bonjour, mon enfant, dit le moine ; d'où venez-vous donc ainsi, à une
heure où tout le monde travaille aux champs ?

- Je viens de chez le prévôt, mon père, répondit Catherine d'un accent
ému.

- De chez le prévôt ! Auriez-vous quelque démêlé avec la justice ?

- Non pour moi, mais bien pour mon cousin Jehan.

- Quelle faute a-t-il donc commise ?

La jeune fille raconta ce qui était arrivé la veille, et comment Jehan
avait été conduit aux prisons du château.

- Dieu le sauve ! dit le Père Ambroise (c'était le nom du franciscain) ;
j'ai vu passer, il y a une heure, le comte Raoul avec toute sa suite, et
l'on eût dit un orage d'été. Un de ses écuyers a raconté au village
qu'il avait été désarçonné trois fois au tournoi d'Angers, et qu'il en
avait la rage au coeur.

- Ah ! que dites-vous là, mon père ? s'écria Catherine ; l'intendant va
profiter de cette humeur noire pour lui parler de Jehan, et ils le
feront pendre aux fourches du château !

- Il faut espérer en sa miséricorde, dit le moine d'un ton prouvant
qu'il n'en attendait rien lui-même.

- Oh ! non, non, reprit l'enfant en joignant les mains et fondant en
larmes ; monseigneur Raoul n'a jamais pardonné dans sa colère ; quand le
coeur lui point, il s'en venge sur le premier qui se trouve à la
longueur de sa main. Il n'y a plus d'espoir pour Jehan, mon pauvre
Jehan ! ... Et que va devenir le vieux père ? qu'allons-nous devenir tous
sans lui ? c'était notre force et notre avenir. Ah ! si vous le
connaissiez, mon révérend ! ... courageux comme un sanglier contre qui
l'insulte, et bon comme un chien avec ceux qu'il aime ... Et penser que
personne n'ose dire la vérité pour le défendre, ni le prévôt, ni le
notaire, ni le collecteur ... il n'y a que moi et le vieux père qui
oserions déclarer que le tort est à l'intendant ; que c'est lui qui l'a
injurié, frappé ... Mais, pauvres gens que nous sommes, on ne nous
écoutera point, et Jehan sera pendu. Ah ! pourquoi ne puis-je le sauver
avec tout ce que j'ai de sang !

En parlant ainsi, l'enfant sanglotait et pressait ses mains jointes sur
sa poitrine. Le moine fut attendri.

- Conduisez-moi au château de messire Raoul, dit-il, je parlerai pour le
prisonnier.

Catherine jeta un cri de joie.

- Est-ce vrai, mon père ? demanda-t-elle éperdue.

- Notre devoir n'est-il point de secourir ceux qu'on opprime ? reprit le
franciscain.

- Et vous oserez parler au comte Raoul ?

Le moine sourit.

- Le comte Raoul n'est qu'un homme, dit-il, et nous osons tous parler a
Dieu. Montrez-moi le chemin, enfant, et surtout hâtez-vous, car la
justice des châteaux est expéditive, et nous pourrions arriver trop
tard.

Cette pensée fit frissonner Catherine. Elle se mit a courir vers le
château, suivie du moine qui avait peine à la suivre.

Ils ne tardent point à l'apercevoir : la jeune fille leva les yeux avec
terreur vers les fourches de justice qui surmontaient la principale
tour ; mais elle n'y vit que les squelettes des deux routiers pendus
l'année précédente par ordre de Raoul. Son coeur se desserra, et elle
continua sa route d'un pas moins rapide.

Le château de Rillé était récemment construit, et rien de ce
qu'enseignait alors l'art de la défense n'avait été négligé par le
maître maçon qui en était l'architecte. Il avait trois enceintes garnies
de tours, de créneaux et de mâchicoulis, entourées chacune d'une douve
avec pont-levis. Au milieu de la dernière s'élevait le donjon, encore
défendu par un fossé et par une herse toujours levée.

C'était là que se renferment les archives, les armes, le trésor. Dans
la même cour se trouvaient les citernes, les écuries, les caves, et le
corps de logis habité par le comte. Au-dessous étaient des souterrains
dont l'entrée n'était connue que de lui, et qui, s'étendant jusqu'a la
forêt, permettaient à la garnison, en cas de siège, de fuir sans être
aperçue.

Catherine laissa le Père Ambroise a la première entrée, le supplia
encore de ne rien négliger pour sauver Jehan, et s'assit au bord du
parapet en attendant son retour.

Le moine fut introduit dans la cour d'honneur, où les écuyers et les
pages s'exerçait à l'escrime et à l'équitation. On lui fit ensuite
traverser les appartements de monseigneur Raoul.

Le luxe intérieur répondait à l'élégance et a la solidité de
l'extérieur. Les parquets étaient formés de pierres de diverses
couleurs, dont les jointures de plomb et de fer fondu formaient mille
arabesques brillantes ; les poutres incrustées d'ornements en étain
soutiennent de loin en loin des armes ou des animaux étrangers
habilement conservés. Les vitres de verre peint représentaient
l'histoire des ancêtres du comte Raoul et la fondation du château.