Texte - « Sous la neige » Edith Wharton

fermez et commencez à taper
Quatre ou cinq ans auparavant, il avait suivi les cours d'un institut technique, à Worcester, et manipulé quelque peu dans un laboratoire grâce à la complaisance d'un professeur de physique.
Depuis, les images suggérées par cette expérience lui revenaient souvent d'une façon inattendue, malgré la direction si différente que son existence actuelle imposait à ses pensées.
La mort de son père et les malheurs subséquents avaient en effet écourté ses études : il n'avait pu en retirer aucun bénéfice pratique, mais elles avaient nourri son imagination et lui avaient donné l'idée du vaste et nébuleux mystère qui se dérobe derrière les apparences quotidiennes des choses.

Tandis qu'il cheminait à grands pas sur la neige, le sentiment de ce mystère embrasait son esprit et avivait encore la bienfaisante exaltation physique déterminée par cette marche rapide.
Au bout du village, devant le péristyle de l'église, il s'arrêta pour reprendre haleine.

La pente de la route de Corbury s'amorçait un peu au-dessous des sombres sapins qui gardaient l'entrée du notaire Varnum.
C'était à cet endroit que les jeunes gens de Starkfield se retrouvaient pour s'exercer à la luge.
Par les nuits claires, le carrefour devant l'église retentissait jusqu'à une heure tardive de leurs cris joyeux ; mais, ce soir, aucun de leurs petits traîneaux ne dessinait sa tache noire sur la longue et blanche descente.
Le silence de minuit planait sur le village.
Tout ce qui veillait était rassemblé dans l'église : un lointain écho d'air à danser et les larges rais d'une lumière dorée arrivaient, confondus, des fenêtres.

Le jeune homme contourna l'édifice.
Il descendit la rampe et se dirigea vers la porte qui ouvrait sur la salle du rez-de-chaussée.
Il fit un crochet à travers la neige non foulée pour éviter la clarté jusqu'à l'angle opposé du bâtiment.
Une fois là, tout en prenant garde à rester dans l'ombre, il fit effort pour atteindre la fenêtre la plus voisine.
Il dissimula son corps long et mince dans l'obscurité et tendit le cou de manière à pouvoir risquer on oeil dans la salle.

Ainsi considérée, de la nuit pure et glacée où Ethan demeurait invisible, elle apparaissait, cette grande pièce, en pleine ébullition.
Les réflecteurs à gaz projetaient une lumière crue contre ses parois blanchies à la chaux.
A l'une des extrémités, le poêle ronflait comme s'il eût contenu dans ses flancs un feu volcanique.
Des couples jeunes et nombreux se pressaient sur le plancher.
Face à la fenêtre, le long des murs, étaient alignées des chaises de paille : les femmes plus âgées, qui les avaient occupées jusqu'alors, venaient de se lever.